Love for Riding : <b>Une Aventure à Moto au Kirghizstan et au Tadjikistan</b>

Love for Riding : Une Aventure à Moto au Kirghizstan et au Tadjikistan

Je suis motard. Je crois que c'est ce qui me décrit le mieux. J'aime passionnément rouler à moto. C'est dans mon sang. Mon père, mon grand-père, mon arrière grand-père et même mon arrière grand-mère ont tous roulé à deux-roues à un moment de leur vie.
02-19-2019
Adventure

Article

Adam Dąbkowski
#REVITRIDER

Adam est né et a grandi à Varsovie, en Pologne. Ce Commercial et Réalisateur de Contenus Audiovisuels a passé son enfance dans un milieu automobile avec une passion partagée pour les deux-roues. Adam enfourche pour la première fois une moto à l'âge de 10 ans – une Honda MTX80. Aujourd'hui licencié, il parcourt le monde au guidon d'un maxi-trail avec sa femme assise à l'arrière. Il a passé toutes ses vacances de ces cinq dernières années à moto. Il y a deux ans, il crée son site Internet « Love For Ride » qui se concentre sur des itinéraires, vidéos et essais moto. Jetez un coup d’œil ici.

WEBSITE | INSTAGRAM | FACEBOOK | YOUTUBE

Wayne Mitchell

Intro text

SILLONNER LE MONDEÀ DEUX-ROUES

J'ai toujours rêvé de parcourir le monde à moto. Il y a cinq ans, le rêve a commencé à se concrétiser. Avec ma femme, Izabela, nous avons conquis une grande partie de l'Europe. Puis, il y a deux ans, nous avons lancé le projet « Love For Ride », un portail en ligne (avec réseau social intégré) dédié aux plus belles routes du continent européen. L'objectif était de présenter ces itinéraires via des vidéos de qualité.

Product images

Love for Ride 1
Love for Ride 2
Love for Ride 3
Love for Ride 4

About this page

FILMER L'AVENTURE

J'ai travaillé neuf ans dans l'industrie cinématographique comme Chargé de Production/Producteur Vidéo, donc j'ai l'habitude de la réalisation mais pas du côté créatif. J'ai toujours voulu concevoir une « vraie » émission sur la moto, mais réunir le budget nécessaire s'est avéré très compliqué. Et puis je me suis dit que je pourrais le faire moi-même ! Donc je me suis lancé.

Faire un tour en Asie Centrale et en Amérique du Sud a toujours été une de mes priorités. Ces régions sont la Mecque des motards aventuriers. Et l'an dernier nous avons décidé de partir au Kirghizstan (officiellement la République kirguize) et au Tadjikistan à deux sur la même moto.

Highlights

About this page

AVENTURE : NON PAVÉE

Nous avions pas mal d'expérience avec les voyages à moto sur routes bitumées. Comme évoqué précédemment, nous avons sillonné une grande partie de l'Europe, mais je n'avais jamais fait de tout-terrain – encore moins avec un passager et des bagages. Le premier défi a été de prendre la mesure de ce terrain de jeu magnifique mais âpre avec un gros maxi-trail à pleine charge.

En plus des traditionnels bagages, nous devions embarquer notre matériel de camping (pour deux), ainsi que notre équipement vidéo et un drone. Avant de partir, j'ai suivi une formation au pilotage d'un maxi-trail en tout-terrain, ce qui fut une sage décision.

Product images

Riding with a Passenger

About this page

OFF THE ROAD AGAIN

Nous avons parcouru plus de 5000 kilomètres au Kirghizstan et au Tadjikistan, et avons passé 25 des 28 jours au Kirghizstan à rouler. Si j'avais su par avance les routes que nous emprunterons, j'aurais peut-être évité de prendre un passager !

Quasiment aucune des routes n'était bitumée – à l'exception de la principale (M41). Certaines ne méritaient même pas le nom de route. Les pires étaient les sections au sol friable (petits cailloux, sable) et la boue dans les cols par forte pluie. La journée la plus terrible reste le passage entre Kazarman et Och.

Product images

Roads

Intro text

Les pistes de gravier noir faisaient plus penser à des rivières lentes et sinueuses dominées par des rochers, du sable et de la boue. Certains passages étaient tellement dangereux que je demandais à Iza de descendre pour éviter de la blesser dans la manœuvre.

Highlights

About this page

DE KAZARMAN À OCH

Ce qui devait être une journée de route « ordinaire » s'est rapidement transformé en quelque chose d'extraordinaire. Et pas dans le bon sens du terme ! Il nous aura fallu 12 heures pleines pour abattre 300 kilomètres. Une moyenne qui peut sembler correcte pour un tronçon qui cache un danger à chaque virage, mais un pilotage exténuant et parfois décourageant.

Les pistes de gravier noir faisaient plus penser à des rivières lentes et sinueuses dominées par des rochers, du sable et de la boue. Certains passages étaient tellement dangereux que je demandais à Iza de descendre pour éviter de la blesser dans la manœuvre.

La moto partait en glissade – parfois incontrôlée – sur les portions humides et boueuses, ce qui rendait le pilotage particulièrement fatiguant. En plus d'être très stressant car je dois veiller sur ma sécurité et celle de ma femme. Nous avons tous les deux ressenti de la peur et de l'angoisse dans ce col.

Malgré mes efforts pour garder le contrôle, j'ai fini par atterrir dans un bourbier super profond. Je n'ai pas anticipé le rocher qui se trouvait sous la boue. J'ai perdu l'avant et... PATATRAS. On s'est retrouvé projeté au sol. J'ai l'habitude des chutes, mais ce fut une première pour Iza. Heureusement, notre vitesse n'était pas très élevée, mais Iza a volé et a chuté assez lourdement et sa tête a heurté le sol. Le tout dans la boue. Rien de grave ; on s'en sort avec quelques égratignures. Quand j'ai demandé à Iza si tout allait bien, elle a fini par me répondre, « Ça va, mais je me suis fait une petite frayeur. »

Un peu après, elle a lancé en souriant, « C'était pas si méchant ».

J'ai relevé la GS et nous avons décidé que je franchirai cette section tout seul. Je me disais, « J'espère que c'est bientôt fini, qu'on va retrouver une route digne de ce nom, mais c'est notre seule issue possible. »

Enfin, après de longues heures, le cauchemar prenait fin et nous arrivions à Och.

Product images

Kyrgyzstan 1

Product images

Kyrgyzstan 2

About this page

LE SPECTACLE CONTINUE

On se souvient de cet épisode comme si c'était hier. Il paraît que les pires moments restent gravés le plus longtemps. Mais, il y a aussi eu des moments magiques. Les paysages grandioses du Kirghizstan et du Tadjikistan nous ont laissés une trace indélébile. Sauvages et sublimes. Le Kirghizstan est une succession infinie de collines verdoyantes, simplement recouvertes d'herbe. Aucun arbre en vue.

Le Kirghizstan cache aussi de superbes lacs de montagne comme le Song – Kul. Celui-ci s'étend sur 270 km² au beau milieu de la plus grande prairie imaginable (de la taille d'une grande ville européenne), entourée de montagnes. Il n'y a ni arbre, ni aucune construction aux alentours. Les locaux s'y rendent en été pour vivre dans des yourtes comme leurs ancêtres. Certaines yourtes sont dédiées aux invités et vous donnent un aperçu du monde tel qu'il était il y a 100 ans. Pas d'électricité ni d'eau courante. Nous avons aussi croisé des hordes de chevaux sauvages qui se partaient au galop à notre passage. Fantastique.

Product images

Tajikistan 1

About this page

SI HAUT

Le Tadjikistan est différent. Il n'y a aucune végétation. L'altitude est supérieure à 4500 mètres (le col Ak-Bakal culmine à 4655 m). Parfois, nous avions l'impression de toucher le ciel. Les nuages étaient bas et il faisait froid. Face à nous une suite interminable de routes rectilignes, moitié gravier moitié bitume, et de montagnes.

La palette de couleurs est stérile ; du blanc (neige et sel) au jaune clair jusqu'à l'orange. Le désert est quasiment dépourvu de vie. Le lac Karakul, plus grand et plus joli lac de la région, a été formé par l'impact d'une météorite il y a environ un million d'années. L'eau d'un bleu magnifique est dénuée de tout poisson ou de toute forme de vie.

Product images

Tajikistan 3
Tajikistan 4
Tajikistan 5
Tajikistan 6

Featured

LES RENCONTRES

Les populations locales croisées en chemin vivent simplement, dans le dénuement. Mais elles sont aussi très chaleureuses et amicales (aucune situation déplaisante ou dangereuse à déplorer). Nous avons également rencontré beaucoup de voyageurs. Des gens de tous horizons. Généralement en train d'entreprendre un tour du monde. Le plus souvent en vélo, mais aussi en moto ou en véhicule tout-terrain.

AUCUN REGRET

Nous avons eu la chance d'arpenter ce que nous considérions comme les plus belles pistes au monde. Et, même si nous avons notre lot de défis à surmonter comme le mauvais temps ou l'état déplorables des routes, je n'hésiterais pas à y retourner. Mais le meilleur moyen de vous faire partager notre expérience et de vous connecter à « Love For Ride ». Peut-être que ça vous donnera envie de partir à votre tour.

Product images

1920x905 . 1680x792 . 1280x603 . 560x656 . 1680x792

Intro text

VOUS EN VOULEZ PLUS ?

Téléchargez les itinéraires favoris d'Adam sur Motorcycle Diairies.

Highlights