0
ENTRE DEUX DESIGNS : <b>LE ONE MOTO SHOW 2020</b>

ENTRE DEUX DESIGNS : LE ONE MOTO SHOW 2020

Le One Moto Show est au cœur de la culture prépa. Un endroit à la croisée de la liberté d'expression, l'ingénierie et l'amour de l'authentique.
03-18-2020
Urban

Article

TEXTE DE :

JOONIL PARK

Responsable Relations Marque REV'IT! USA

Joonil Park

About this page

DEUX CRÉATEURS, UN SHOW

Après onze années de surenchère, l'événement One Moto Show affiche un niveau de créativité, de compétences et de flair artistique indéniables. Même si le milieu de la customisation garde toujours le plus grand respect pour le savoir-faire, le sens des courbes ou le travail du métal sur une roue anglaise, des préparateurs à l’œil affûté issus du monde du design gagnent chaque année en visibilité et en popularité.

Parmi ces créateurs estimés on trouve deux préparateurs moto et collaborateurs REV'IT! notoires : Scott Kolb de Kolb Machine, dans le nord de l'État de New York, et David Mucci de Moto Mucci, Portland. Nous avons profité du week-end du One Moto Show pour en savoir plus au sujet de leurs réalisations et processus de création.

Product images

David Mucci - KTM Tracker

Dave Mucci

About this page

MERCI DE PRENDRE LE TEMPS D'ÉCHANGER AU COURS D'UN WEEK-END AUSSI MOUVEMENTÉ ! VOS CRÉATIONS DE CETTE ANNÉE AFFICHENT UN DESIGN ET UNE CONCEPTION REMARQUABLES. POURRIEZ-VOUS NOUS EN DIRE PLUS ?

About this page

Scott Kolb [SK]: Mon racer épuré s'articule autour d'un moteur BMW R90/6 de 1976 en hommage à la grande bataille des twins sportifs de Daytona. Il pèse 140 kilos et développe un peu plus de 80 chevaux. Il a été construit sur mesure pour un client de New York qui mesure 1,93 mètre pour 109 kilos.

David Mucci [DM]: Mon projet repose sur une KTM 300 XC-W Six Days de 2014. Il se trouve qu'il répond aussi à une commande venue de New York. Il s'agit d'un street tracker deux-temps, haute-performance, homologué, équipé de carénages en aluminium façonnés à la main.

Product images

Scott Kolb - BMW Racer

Scott Kolb

About this page

LES NEW-YORKAIS ONT DÉCIDÉMENT TRÈS BON GOÛT. VOUS ARRIVE-T-IL DE DIRE NON À DES CLIENTS ? Y A-T-IL DES CHOSES QUE VOUS VOUS REFUSEZ DE FAIRE ?

About this page

DM: Lorsque je refuse le projet de clients potentiels, c'est généralement pour une raison précise : soit leur budget ne correspond pas à la quantité de travail demandée, soit ils me demandent de répliquer le travail d'un autre. 

SK: Une moto se doit d'être performante. Elle doit avoir une raison d'être. Par exemple : nous allons concevoir un engin plus rapide que tout le reste en piste.

Featured

Scott Kolb - 1
David Mucci - 1

About this page

IL EST ÉVIDENT QUE VOS DEUX PROJETS ONT DEMANDÉ UNE RÉFLEXION ET DES COMPÉTENCES POUSSÉES. OÙ ET COMMENT VOUS ÊTES-VOUS FORMÉS ?

About this page

DM: J'ai grandi avec une mère professeur d'arts plastiques et un père bricoleur donc j'ai toujours dessiné et construit des choses. Ils m'ont transmis ces deux passions et j'ai fini par obtenir un diplôme de design au College of Creative Studies de Detroit, dans le Michigan. C'est là que j'ai acquis les fondements du design industriel, appris les bases du processus de création, des proportions d'un véhicule et de la CAO (Conception Assistée par Ordinateurs).

Il y a environ 10 ans, j'ai commencé à m'intéresser à l'industrie du deux-roues. Je n'ai jamais vraiment suivi de formation mécanique. Depuis ma toute première voiture, je me suis formé tout seul via les manuels d'entretien, les livres, YouTube et en travaillant aux côtés de gens plus aptes que moi. Une fois mes études terminées, mes compétences en matière de design dépassaient largement mes talents de production donc j'ai passé les dix dernières années à tenter d'apprendre les nouveaux procédés requis pour chaque nouveau projet.

SK: Enfant, j'ai toujours eu été doué et attiré par l'assemblage de maquettes, mais je n'ai jamais excellé dans un environnement scolaire. J'ai eu un super professeur de technologie au lycée qui m'a beaucoup aidé, mais j'ai pratiquement échoué sur tout le reste à l'école.

J'ai tenté de continuer mes études et j'ai finalement quitté le lycée pour faire de la modélisation en architecture, puis du design et de la conception industrielle. J'ai eu la chance d'être repéré et formé par John Milich, architecte et designer industriel à Brooklyn, qui m'a ouvert les portes du milieu du prototypage pour le compte d'architectes, ingénieurs et inventeurs.

Article

QUELLES ONT ÉTÉ VOS PREMIÈRES SOURCES D'INSPIRATION ?

SK: J'ai trouvé l'inspiration et développé ma sensibilité en étudiant les beaux-arts au lycée : le peintre français Henri de Toulouse Lautrec et l'architecture avec le travail de l.M. Pei ou John Milich, évidemment.

DM: J'ai parfois l'impression de puiser mon inspiration dans tous les domaines. Directement, comme avec un concept de véhicule dont j'admire le design, ou bien cela peut venir d'un détail du revêtement d'une machine-outil. Mes sources d'inspiration vont de la pièce de vélo au composant d'une fusée.

Pei

Louvre Architect I.M. Pei (Getty Images)

Article

VOUS VOUS INSPIREZ D'ARTISTES OU DE DESIGNERS ÉTRANGERS AU MILIEU DE LA MOTO ?

SK: Oui, constamment. Je me rends régulièrement dans des musées pour nourrir mon inspiration.

DM: Je suis un fervent admirateur du travail de Daniel Simon. Notamment de son livre Cosmic Motors, qui regroupe ses concepts ultra-réalistes de machines de course et moyens de transport futuristes. Tout comme Syd Mead, le style Blade Runner et l'art conceptuel devenu réalité ou, disons, « concrétisé ».

Daniel Simon Cosmic Motors

Cosmic Motors by Daniel Simon (danielsimon.com)

About this page

AVEZ-VOUS D'AUTRES PASSIONS, QUÊTES OU LOISIRS AUTRES QUE LE DESIGN ?

About this page

SK: Mon travail tourne autour de la conception architecturale et industrielle et du prototypage donc j'ai assez peu de temps pour moi, mais je me suis récemment mis à la guitare. Bouger autrement mes mains et mes doigts, pour forcer mon cerveau à travailler différemment et provoquer une réaction au sens tactile. C'est aussi, au passage, la beauté de l'instrument. J'en ai vu âgés de plusieurs centaines d'années, avec des designs intemporels et je me suis dit à moi-même, « Voilà, ça c'est du design. Je peux sûrement aller plus loin. »

DM: J'ai débuté ma formation dans un bureau de design automobile et je n'ai jamais cessé de travailler sur des voitures. J'ai une BMW 2002 de 1975 que je restaure continuellement. Mes journées aussi sont bien remplies avec le travail de design pour mes clients, le travail de consultant pour l'industrie de l'outillage, de l'électroménager, de l'électronique grand public et la conception de produits.

Product images

Scott Kolb & David Mucci

About this page

AVEC TOUTE VOTRE EXPÉRIENCE ET VOTRE PARCOURS, VOUS CONSIDÉREZ-VOUS TOUJOURS AVANT TOUT COMME UN DESIGNER ?

About this page

DM: J'essaie toujours de me dépasser pour m'adapter et apprendre, mais je me considère d'abord et avant tout comme un designer. Et j'essaie d'ajouter au moins une corde à mon arc avec chaque projet. Pour les carénages en aluminium de la KTM, j'ai pris des cours de façonnage des métaux avec Christian Sosa. J'ai détruit 8 ou 9 versions avant d'obtenir le résultat que vous voyez sur la moto. Pour le projet Ducati sur lequel je travaille actuellement, je teste des nouveaux procédés de fabrication avec des moules en silicone.

SK: Je déteste mettre des étiquettes mais 99 % de nos activités moto à Kolb Machine sont dictés par la performance et le fait de travailler plus pour faire marcher mieux. Designer et ingénieur bien sûr, mais en pensant au SR71 Blackbird développé par la division Skunk Works de Lockheed Martin, je serais flatté si quelqu'un de cette époque me catégorisait comme « fabricant de prototypes ».

Highlights

Scott Kolb - 2

About this page

QUE VOUS EN SOYEZ À LA PHASE DE CONCEPTION, DE DESSIN OU DE FABRICATION DANS VOTRE ATELIER : QUEL EST VOTRE OUTIL DE PRÉDILECTION ?

About this page

DM: Côté numérique, j'ai une tablette que j'utilise pour tout avec laquelle je peux aussi bien dessiner que faire des rendus CAO. À l'atelier, j'ai une nouvelle attache type mandibule pour ma ponceuse qui me simplifie grandement la vie et m'économise des heures de sueur et d'huile de coude.

SK: Je dirais que mon outil le plus « précieux » est ma fraiseuse Bridgeport à commande manuelle. J'ai dû faire sans pendant près d'une décennie et cela me manquait terriblement. Maintenant, je ne peux plus m'en passer. Et, sans vouloir paraître trop égocentrique ou artificiel, je dirais qu'un simple stylo est essentiel à mes yeux pendant la phase créative car c'est lui qui donne vie à tous mes concepts.

Product images

David Mucci – 2

About this page

QUELLE PLACE TIENT LA TECHNOLOGIE DANS VOTRE TRAVAIL ? QUE PENSEZ-VOUS DES NOUVEAUX OUTILS/LOGICIELS/SYSTÈMES D'AIDE AU DESIGN ?

About this page

SK: Il y en a qui rejettent aujourd'hui les nouvelles technologies et, en un sens, il y en a toujours eu. Je ne pense pas que la technologie nuise à l'art. En fait, je pense que c'est une composante à part entière du travail du designer, ingénieur et créateur. On peut faire le parallèle avec la popularisation récente de l'impression 3D, ou fabrication additive, qui existe en fait déjà depuis les années 80 via la stéréolithographie. Je l'utilise depuis le milieu des années 90 et, déjà à l'époque, elle permettait d'obtenir des prototypes de pièces très complexes qui auraient été extrêmement difficiles à usiner de façon traditionnelle. C'est comme avec l'usinage CNC (machines à commande numérique programmées pour sculpter le bois ou le métal), désormais monnaie courante, que la vieille garde a d'abord commencé par repousser. Ils disaient que ce serait la mort de l'art de l'usinage. Selon moi, c'est s'adapter ou mourir – l'art est en constante évolution.

DM: Je suis d'accord. Pour cette prépa KTM et le projet Ducati sur lequel je travaille, je me suis mis à la CAO pour formaliser mes esquisses et créer une « fiche de fabrication » avant de me lancer dans l'usinage. J'intègre aussi de plus en plus la fabrication additive dans mes projets.

Product images

David Mucci – 3

About this page

QUELLE A ÉTÉ LA PARTIE LA PLUS ARDUE DE CETTE DERNIÈRE CRÉATION ?

About this page

DM: Sans aucun doute les carénages de la KTM. J'ai réalisé des esquisses ambitieuses avant même d'apprendre le façonnage du métal. J'ai fabriqué et détruit 8 ou 9 itérations avant d'arriver au résultat escompté. Cela m'a pris un temps fou, à la limite de l'agonie, mais c'était un objectif que je m'étais lancé et finir par y arriver fut vraiment gratifiant.

SKPareil pour moi, les carénages. Je peux passer ma journée à usiner un châssis – c'est le 22ème cadre que je fabrique. Quinze d'entre eux étaient des versions de production, conçus et produits en série ou fabriqués pour d'autres sur un modèle existant. Fabriquer des pièces techniques ne m'effraie pas, au contraire de l'habillage – le grand public juge avant tout les formes et le look d'un objet. Seuls les vrais fanatiques et initiés me parlent de la conception du cadre, alors que tout le monde scrute les carénages. Le designer doit se montrer audacieux et courageux dans ses choix et je plains les designers de véhicules de série qui doivent subir un énorme stress.

Product images

One Moto Show - 1

About this page

QUEL EST L'ASPECT QUE VOUS PRÉFÉREZ AU ONE MOTO SHOW EN TANT QUE PRÉPARATEUR ? ET EN TANT QUE MOTARD/PASSIONNÉ ? COMBIEN DE FOIS ÊTES-VOUS VENUS ?

About this page

DM: J'ai emménagé sur Portland il y a trois ans. Avant cela, j'avais plus de 40 heures de route à partir de Chicago pour amener les motos. Bien qu'il existe aujourd'hui plein de supers événements, le One Show reste le rassemblement populaire originel. Pour rien au monde je ne renoncerai aux relations et amis connus ici lors des cinq éditions auxquelles j'ai participé.

SK: C'est ma toute première fois. Ce que je préfère en tant que préparateur c'est que le show voulait que je sois présent. C'est vraiment sympa d'avoir été invité et j'avais super hâte d'être ici. Comme spectateur, j'adore que le salon soit complété par une course et le fait qu'elle se déroule pour la première fois au sein du même bâtiment. D'autant plus qu'il y avait des machines exposées qui évoluaient sur piste le même jour. C'est tout à fait unique et je reviendrai encore et encore.

Product images

Scott Kolb – Barber Vintage

About this page

UNE VIRÉE SYMPA QUE VOUS AVEZ FAITE RÉCEMMENT ? AUTRE CHOSE DE COOL DE PRÉVU ?

About this page

SK: Ma pratique est guidée par la performance : on roule sur glace, on chasse les records à Bonneville, on court au Barber Vintage Festival et à chaque fois on tente d'améliorer et d'optimiser nos machines, autant que nous-mêmes. Notre prochain rendez-vous sur route est un événement AHRMA au New Jersey Motorsports Park, au guidon d'un Supermono Kramer, puis de la vitesse à Bonneville en août avec notre « semi-streamliner 125 cm3 ».

DM: Je me suis récemment promené avec ma copine et quelques amis entre San Francisco et Los Angeles via Big Sur. Cela faisait des années que je voulais explorer la zone à moto. Maintenant Kara (ma copine) et moi parlons d'arpenter les chemins de Portland à Tahoe cet été. Je veux faire davantage de hors-piste maintenant qu'on est sur la côte Nord-Ouest.

Product images

Scott Kolb – Monocoque Streamliner

About this page

OÙ PEUT-ON ADMIRER VOTRE TRAVAIL ? SUR QUOI TRAVAILLEZ-VOUS ?

About this page

DM: Je vais continuer à me plonger dans mon dernier projet sur base de Ducati SportClassic GT1000. Pour cette prépa, j'expérimente des nouvelles méthodes de fabrication des carénages à partir de mousse haute-densité et de moules en silicone. Elle sera dévoilée au Handbuilt Motorcycle Show d'Austin, au Texas, du 3 au 5 avril. J'adore partager chaque étape de mes projets sur mon compte Instagram @motomucci. C'est le meilleur moyen de me suivre.

SK: Je suis particulièrement emballé par le streamliner monocoque en fibre de carbone que nous développons autour d'un ancien moteur de Grand Prix de 125 cm3 qui développe 55 chevaux et qui devrait nous emmener à plus de 300 km/h sur le lac salé de Bonneville. Je crois que cela ferait un autre bel article pour REV'IT! !

Highlights

One Moto Show - 2

About this page

LE ONE SHOW VU PAR REV'IT!

Product images

REV'IT! Booth

About this page

PHILOSOPHIE DE DESIGN TAILORED TECHNOLOGY REV'IT!

Pour emporter les suffrages, la moto customisée d'aujourd'hui se doit d'afficher une apparence et un design d'exception, mais aussi d'être très performante. Cette union de la forme et de la fonction cadre avec la Philosophie de Design Tailored Technology de notre collection Urban

Que vous rouliez au guidon d'un scrambler urbain discrètement modifié, d'un café racer hautement customisé, d'un roadster haute performance tout de noir vêtu ou de quoi que ce soit d'autre : nos vêtements font rimer design et aspect pratique avec performance et protection.

Article

DES DÉBUTS MODESTES
UN PHÉNOMÈNE CULTUREL

Thor Drake et ses amis lancent en 2009 un salon moto d'une journée dans la petite ville paisible de Tillamook, sur la côte de l’Oregon, au sein d'un entrepôt abandonné et non chauffé. Ce qui a démarré comme un rassemblement underground s'est mué en une grande fête culturelle. Vous y trouverez les plus originales, les plus rares et l'élite des prépas du moment. Désormais hébergé dans un nouveau lieu monumental au cœur de Portland : faites place au One Moto Show 2020.

Au cours des 11 dernières années, le One Moto Show est passé de la simple exposition de motos à un solide programme fait de musique, d'art, de cuisine et de course. La notoriété des préparateurs et autres tastemakers du milieu venus du monde entier, associée à une croissance continue et au travail acharné de Drake et son équipe de See See Motor Coffee nous a offert une édition 2020 d'une ampleur encore jamais vue.

Thor Drake

Thor Drake (r)

About this page

LE NOMBRE FAIT LA FORCE

Le style est subjectif mais les chiffres ne mentent pas : une surface de près de 20000 mètres carrés au sein du Veterans Memorial Coliseum de Portland, 150 préparateurs exposant plus de 200 œuvres d'art sur roues, près de 100 vendeurs et sponsors, 4 concerts, 2 stands de tatouage, 15 courses de flat track in situ avec 10000 dollars de prix en jeu et 1 prépa Triumph à gagner.

Tout cela sans compter les innombrables artisans, artistes, musiciens, la nourriture et la boisson. Ajoutez les milliers de visiteurs tout au long du week-end et vous obtenez le plus grand salon dédié à la customisation moto du Nord-Ouest des États-Unis, si ce n'est du monde.

Product images

One Moto Show - 3
One Moto Show - 4
One Moto Show - 5
One Moto Show - 6

About this page

EN SON CŒUR

Bien que l'événement a considérablement gagné en taille et en popularité, la culture prépa et l'exposition de moto customisées restent au cœur du One Moto Show. Une fois l'an à Portland, il offre une tribune aux machines vintage issues de collections rarissimes, aux bobbers durs comme le roc, aux choppers outrageants, dragsters, chasseuses de records de vitesse, sportives haute performance personnalisées, engins de dirt track uniques et autres prototypes du monde entier.

Même si les styles varient du tout au tout, il existe un dénominateur commun à toutes ces créations : les préparateurs haussent leur niveau au fil des ans. On voit Scott Kolb, David Mucci et leurs collègues designers et préparateurs repousser sans cesse les limites à mesure que se dessine le futur des motos customisées.

Product images

One Moto Show - 7